Cannes 2008 - Quartier Mimont

situation du quartier sur plan

Le projet MJC Picaud

IMAGES ET MÉMOIRE D'UN QUARTIER
Mise en œuvre du projet
Les Objectifs

 
Doter le quartier République d'une véritable action publique sociale et culturelle.
1 - Valoriser le grand quartier qui représente une partie du centre ville de Cannes tout en conservant sa spécificité, et faire de sa diversité une richesse.
2 - Contribuer à éviter la paupérisation de l'image du quartier.
3 - Créer du lien social :
- entre les générations
- entre les différentes populations
- entre les habitants et les différents services
4 - Préparer les mutations prévisibles dans le quartier avec les nouvelles constructions : - Garder le principe d'intégration et de mixité déjà existant
- Anticiper pour éviter les ruptures probables entre :
- la population traditionnelle
- une population actuelle plutôt populaire issue de l'immigration
- les futures populations concernées par le nouvel habitat.

Pourquoi un tel projet


Le quartier Cannes Centre et en particulier le quartier Prado / Mimont / République occupe un emplacement stratégique au cœur de la ville de Cannes. Par ailleurs, il a été retenu comme prioritaire dans la Convention d'Objectif Politique de la Ville.
Sociologiquement parlant, quelques simples remarques :
• il est habité par une population cannoise traditionnelle et par une population cosmopolite provenant de divers pays et continents. .
• il est composé d'une population de jeunes et d'anciens.

L'habitat est diversifié
• immeubles anciens : des immeubles bourgeois, mais aussi des constructions vétustes et précaires.
• de nouvelles constructions et des projets de rénovation.
• un habitat individuel et collectif, peu d'habitat social.

La vie sociale
• traditionnellement quartier de petits commerces et d'artisanat actuellement en train d'évoluer. Cette évolution est également liée aux origines culturelles et géographiques de la population (de l'Italie à l'Afrique)
• les établissements publics et associatifs existants dans le quartier sont à l'échelle de la commune et n'ont pas vocation de proximité.
• depuis peu des associations en particulier l'Espace santé, SPI, la MJC Picaud tentent d'établir un maillage d'actions dans ce quartier.
• la MJC Picaud a mis en place en partenariat avec la Ville, un accueil d'adolescents de 11 à 17 ans pour les loisirs et l'aide aux devoirs.
Actuellement 144 adolescents sont concernés :
- loisirs : mercredi, samedis et vacances scolaires
- l'aide aux devoirs et l'action gymnase: mardi, jeudi et vendredi
- et 78 adolescents au collège Capron : interventions du lundi au vendredi de 12h à 14h autour d'activités d'expression (danse, théâtre) et activités gymnase de l'esprit (scrabble, go, échecs, bridge…)

• Le quartier de Cannes Centre est un quartier très cosmopolite qui a successivement accueilli, avec la population cannoise, des populations immigrées. La "Petite Italie" des années 50 a connu l'implantation d'une multitude de petits métiers et d’artisans. Certains demeurent encore.
Aujourd'hui, ce quartier accueille des Maghrébins, Africains, Cap Verdiens, Asiatiques, .... Certains font le choix de s'installer dans ce quartier, d'autres sont dans l'attente d'être logés en HLM à La Bocca.

• Des projets de rénovation de l'habitat et des espaces publics sont en cours.

Dans le cadre de notre action de proximité, à partir de notre antenne rue Mimont, nous souhaitons mettre en place un projet :

Images - Mémoire d'un quartier avec des adolescents

Objectif du projet MJC


- Sensibiliser les jeunes aux expressions artistiques et leur permettre de s'exprimer et de se réaliser à travers la création.
- Faire découvrir aux adolescents l'histoire de leur quartier par la rencontre avec les habitants, commerçants, artisans.
- Créer du lien social dans des quartiers.
- Créer un événement artistique au sein du quartier en y impliquant l'ensemble des habitants.

L'action

Pour mener à bien ce projet, nous faisons appel à un collectif d'artistes no-made.

La participation des artistes permettra de faire vivre l'imaginaire autour de l'histoire, de l'avenir et du présent de ce quartier, de ce qu'y vivent les habitants.
L'événement se construira en symbiose avec les habitants, à partir de leur quotidien sous toutes ses formes.
.
L'événement se déroulera ainsi en 2 temps :

1er temps (de janvier à fin mai 2008) :
- réalisation d'œuvres par les jeunes et les habitants du quartier au sein d'ateliers encadrés par des artistes du collectif.

2ème temps :
- ces œuvres, une fois réalisées, seront installées fin mai début juin 2008.
- ces œuvres seront rejointes par d’autres créations réalisées par les artistes no-made de façon à créer un itinéraire permettant de découvrir la vie actuelle et passée du quartier et de s'en imprégner et de présenter un événement fort.
- cet itinéraire se délimiterait dans un espace, au sud par la gare fracture entre deux "villes" (La Croisette au sud /les quartiers populaires au nord) et également le point d'arrivée des migrants et au nord par le Lycée Jules Ferry.
- à l’intérieur de ce territoire des lieux publics seront investis : le souterrain de la gare, la place du Commandant Maria, le parvis du lycée et les rues du quartier.


Implication de no-made


Des réunions ont déjà eu lieu pour définir le projet avec Anne Marie et Pascal de la MJC :

1. L’encadrement des ateliers, certains noms ont été retenus en fonction des spécificités de chaque atelier :
- fresque (Thierry Boussard avec les élèves de l’école Vagliano)
- modelage (Louis Dollé avec le Lycée Jules Ferry)
- photos (Katia Beltran avec le collège Capron)
- vidéos (Fredo Peireno avec le Foyer des Jeunes Travailleurs)
- chorégraphie (Inga Sterner danseuse et chorégraphe avec les lycéens de Bristol)
- théâtre (Pierre Blain, acteur et metteur en scène avec les jeunes de la MJC)

Un atelier d’écriture avec Sophie Taam est en cours de discussion ainsi qu’un travail de mémoire photographique avec Robert Matthey.

Ces ateliers devraient débuter courant janvier. Les réalisations seront présentées lors d’un événement dans le quartier fin mai/début juin.

Et là nous rentrons effectivement en scène.

2. Les artistes no-made intéressés présenteront leurs œuvres lors de cet événement dans le quartier. Le thème rejoint les problématiques déjà abordées : la frontière, le déracinement, l’immigration, la mémoire, le voyage, l’ailleurs…

3. Afin de créer un balisage et une lisibilité dans le quartier nous proposons d’utiliser des caisses en bois de grande dimension. Ces caisses pourront servir de support, de socle, de réceptacle ou être des œuvres par elles-mêmes.
D’autres « emballages », contenants, sacs, ballots… sauront être également de la partie.

4. Nous pourrions imaginer que la mise en place des œuvres se fasse sous forme de mise en scène, une caravane de caisses à déballer et à disposer dans le quartier. Les « no-made » sont de passage.

5. Les œuvres seront installées dans le domaine public et pourront subir des dégradations, vols, et autres détournements, il sera préférable d’utiliser des matériaux « pauvres ».

Toute idée, proposition, suggestion, réclamations* sont les bienvenues.

D’autres informations courant janvier, une réunion est prévue pour les artistes.

À bientôt sous les pavés

Denis


*pour les réclamations s’adresser directement au bureau des réclamations avant fin 2007