Éloge de la frontière

Denis Gibelin 2012
Titre inspiré de l’ouvrage Éloge des frontières de Régis Debray*

 
Cette installation est faite de deux structures verticales constituées d’une cinquantaine d’éléments de bois (110cmx8cmx8cm) et d’une toile de 20mx1,25m fixée au sol et recouverte de marques blanches. Cette toile crée une rupture, une frontière entre les deux structures qui sont espacées d’environ 20m, ce qui provoque un effet de miroir.
 
1. Les structures intitulées « caisse à claire voix » sont démontables, transportables et ont été présentées séparément dans différents sites et lors de diverses expositions : Stockolm, Monaco, Nice, Bonson, Arboretum de Roure, Antibes…. Lieux très divers, urbains, ruraux, naturels, au sein d’un environnement remarquable : mer, jardin, place, lac … elles fixent un territoire.
 
2. La toile est recouverte, de façon aléatoire, de « barres » de couleur blanche peintes au pochoir ; ces signes sont des répliques ou des reflets des éléments constitutifs de la structure.
 
Cet acte de dématérialisation rejoint une œuvre intitulée « terr-e-toile » sur la marche et sa traduction graphique ; il s’inscrit dans mon travail sur le territoire.
 
 
 
 
 
*Eloge des frontières est un vrai hymne à la résistance, à la différenciation - et, in fine, aux Lumières, contre la tentation obscurantiste de l’uniformité. Jean-Paul Brighelli – Marianne - Samedi 8 Janvier 2011 à 12:01



retour à no-made